Le besoin d'humiliation dans le rapport sexuel

Publié le 10/10/2016 à 22:15

Chaque semaine, nous vous proposons un dossier commenté par certains de nos experts... Et Brigitte, bien entendu ! 

La sexualité est un exutoire et un fantastique miroir de notre personnalité. Faire des fixations sur telle ou telle pratique peut en dire long sur ce que nous sommes... Ici nous nous demandons que signifie le besoin d'être rabaissé lors du rapport sexuel.  

Christophe Medici Life coach. Fondateur de la méthode Haute Qualité Relationnelle

Chacun le sait, les pratiques sexuelles sont très diverses et l’espèce humaine se montre très imaginative en la matière. Et tant mieux, au fond ! Il est intéressant que tous les couples, au contraire de prendre les « autoroutes du sexe », à savoir, un petit missionnaire tous les samedis soirs vers 19h, s’amusent à des pratiques nettement plus originales.

Certaines d’entres elles apprécient tout particulièrement que leur partenaire les humilient ? D’où vient cette déviance ? Bien évidemment du fait d’avoir un enfant intérieur blessé. Et que cette blessure s’apparente, de près ou de loin à de l’humiliation. Il faut avoir été marqué par un parent « humiliant », une mère, un père, un autre proche dès son plus jeune âge, et que, dans nos mémoires, il y ait une association « plaisirs-humiliation », pour aimer cela dans ses pratiques sexuelles d’adulte. 

Pour eux : « ça fait du bien, la douleur ».

Il faut avoir été bombardé de paroles toxiques, que j’appelle des toxicoms dans la méthode de communication HQR, pour aimer que son partenaire nous déverse des tombereaux d’insultes durant l’acte sexuel.

On sait, combien la personne masochiste a grand besoin de la « Sado » pour la satisfaire.
On dit même que certains masochistes sont insatiables et qu’ils demandent toujours plus de coups à leur partenaire de jeux érotiques. Dans le milieu sado-maso, ils les appellent même les personnes « souminantes ». Ce n’est qu’en soignant son enfant intérieur blessé qu’on a une chance de cesser de vouloir être humilié en permanence dans ses rapports sexuels.

 

L'avis de Brigitte

Pour un trop grand nombre de personnes, la sexualité serait juste une rencontre entre deux organes sexuels. Or, c’est bien plus que ça et j’aime à dire que la sexualité est parfois plus utile qu’une thérapie. En effet, lors de rapports sexuels, on se libère de nos pulsions mais on laisse aussi une part de nous-même s’exprimer. Cette part est souvent assez enfouie, tapie dans l’ombre de notre personnalité apparente. C’est ce que j’appelle notre ombre qui, si elle peut se révéler, devient lumière.

Bon nombre d’entre nous sont habités par de la culpabilité, des pulsions de mort, ou plus largement par ce qu’on appelle du masochisme. Ainsi, en se faisant humilier lors d’un rapport sexuel, on peut évacuer cette part de nous-même.

Non seulement on s’en libère mais en plus, cela augmente notre excitation et donc notre plaisir. Voilà pourquoi il ne faut pas juger ces personnes qui ont besoin de se faire humilier.

Malheureusement, la plupart du temps les pratiques sexuelles qui sont éloignées des nôtres sont souvent critiquées si ce n’est totalement jugées comme perverses.

Mais franchement, finalement, n’est-ce pas plus intéressant de laisser s’exprimer son masochisme lors d’un rapport sexuel plutôt que de se faire mal en ayant un accident ou de rater sa vie affective ou professionnelle ? 

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter