Pourquoi les relations avec les beaux-parents sont

Publié le 10/10/2016 à 22:12

Chaque semaine, nous vous proposons un dossier commenté par certains de nos experts... Et Brigitte, bien entendu ! 

S'il est si souvent tourné en dérision c'est bien que le personnage de la belle-mère est source inépuisable de drames et nul besoin d'aller au cinéma pour en avoir la preuve. Mais pourquoi des personnes ayant en commun l'amour du même être cher, n'arrivent-elles pas à s'entendre ? 

Nos experts vous répondent et vous conseillent sur la bonne attitude à adopter... 

Christophe Medici 

Life coach. Fondateur de la méthode Haute Qualité Relationnelle

Une étude récente, menée par des thérapeutes de couples américains, dévoilait le Top 5 des causes de scènes de ménage : parmi celles-ci, les conflits à cause de « la belle famille » arrivent en seconde position.« C’était toujours la même chose. Quand on allait chez sa mère, il fallait toujours que je m’en prenne plein la tête », affirme Elsa, 29 ans, divorcée d’Hervé depuis six mois. « Ce fût une des causes de notre séparation. »

On le sait, les relations, belle-fille/belle-mère sont parfois houleuses. C’est tellement devenu une évidence, que les caricaturistes, humoristes en tous genres, ou auteurs dramatiques ont bien souvent mis en peinture cette relation dysfonctionnelle. Pourquoi une telle relation à dominante basse qualité relationnelle ? Pourquoi, la belle-mère distribue-t-elle autant de messages toxiques à sa belle-fille ?

Dans la méthode de communication haute qualité relationnelle, je les qualifie de « toxicoms ».Il arrive souvent que l’amour maternel d’une mère pour son fils, se veuille exclusif, voire excluant, et que la belle-mère voit arriver cette femme comme une rivale qui risque de lui « voler son fils ».
Elle positionne donc la compagne de son fils sur la case « rivale » dans son esprit. Or, cette dernière ne lui vole rien du tout dans la mesure ou ce n’est pas le même amour qu’elle vit avec le fils. De cela, la belle-mère n’en n’est pas consciente. Et la relation conflictuelle s’installe, se développe et prend souvent de l’ampleur au fil des années au point de devenir très toxique pour le couple. C’est d’autant plus vrai que les parents se montrent invasifs. Il en va de même, entre beaux-pères et beaux-fils.

Rappelez-vous la relation entre Ben Stiller et Robert De Niro, dans la comédie hilarante « Mon beau-père et moi ». Là aussi, le père vit une relation très forte avec sa fille et il estime que ce jeune homme, lui faisant office de beau-fils, n’est pas à la hauteur… Et si peu digne de faire partie de LA FAMILLE !

Les relations avec la belle-famille sont souvent toxiques car, volens nolens, vous êtes une « pièce rapportée, et une famille à dominante basse qualité relationnelle, vous le fait sentir à chaque fois que vous la fréquentez.

L’antidote ? Que votre couple soit suffisamment solide pour établir, au fil des jours, un sentiment de solidarité mutuelle, et que les conjoints prennent systématiquement le parti de l’aimé(e) et non celui de leur famille d’origine.


Bruno Martin 

Sexothérapeute

L'impact de beaux-parents ingérants dans un couple a souvent des effets destructeurs sur l'amour. Dans ce jeu, il semblerait à travers de nombreuses études que le rôle de la belle-mère soit en cause dans des proportions bien au-delà de celui du beau-père. Sans doute que les hommes ont dans leurs caractéristiques une moindre propention à se mêler des émotions et des relations que leur alter ego féminin. Dans ces conditions il est aisé de penser que "l'amour, ça n'est pas la mer à boire, mais souvent la belle-mère à avaler !"
 
La belle-mère mettrait son grain de sable et parfois toute la plage dans près de 50% des cas selon une étude américaine qui lui accorde en plus la responsabilité de 30% des divorces, rien que ça !
La belle mère peut revêtir plusieurs rôle pathologiques :

La sorcière : Elle déteste sa belle fille avant de la connaître. Elle va donc écarteler en permanence le jeune marié entre les deux femmes de sa vie, la mère et la jeune épouse. La jeune femme en voudra à son mari de ne pas la soutenir. Belle maman a pris le pouvoir. 
La mère poule
: Mamie endort votre vigilance en gardant les enfants, en repassant du linge... mais c'est pour mieux s'incruster. Vous rêviez de vacances en amoureux au Pays Basque, trop tard, votre mari a déjà proposé à sa mère de vous accompagner en Bretagne ! 
La super copine
: Elle vous conseille sur les vêtements et la cuisine qui peut plaire à votre mari. En réalité c'est une compétition larvée pour vous signifier clairement qu'elle est plus proche que vous de son fils. 
Comment voulez vous que les relations dans ces conditions soient faciles ? Heureusement qu'il existe 50% de belles mères ok ! Pour l'autre moitié, faites une bonne action: achetez une chaise à votre belle-mère, mais pas dit que votre mari accepte de la brancher !

 

L'avis de Brigitte

La relation entre une mère et son enfant est une relation forte. Avec un fils, cette relation perdure bien après que ce dernier ne soit devenu adulte. Comme si la mère gardait un ascendant sur cet enfant qu’elle a fait naître. Ainsi la belle-fille qui entre dans la vie de cet homme a parfois bien du mal à trouver sa place. Il s’en suit des tensions conflictuelles entre la belle-mère et l’épouse et ces tensions peuvent ensuite provoquer des vraies difficultés dans le couple.

Normalement lorsque deux partenaires décident de se marier, ils quittent leur famille pour fonder la leur. Bien sûr, il reste des attaches fortes mais, ils sont censés décider de ce qu’ils vont faire dans leur couple. Voilà pourquoi il serait préférable d’avoir vraiment coupé le cordon ombilical.

En général, c’est souvent le père ou la mère qui tente de garder une certaine emprise sur son enfant pourtant devenu mature. Ce sera donc à ce dernier de se détacher et de laisser toute la place à son compagnon ou sa compagne. Malheureusement, se libérer d’un lien manipulateur n’est pas si simple...

Plutôt que de se disputer, il vaut toujours mieux prendre conscience des limites qui ne sont pas respectées. Bien sûr, l’amour est fort et peut parfois entraîner des attachements envahissants. Il n’est pas question de couper les ponts mais d’établir clairement les limites de chacun dans un respect mutuel. 

La belle-fille ne doit pas entrer en rivalité ou en concurrence. Elle doit plutôt essayer de devenir complice avec sa belle-mère. Mais si cette dernière est vraiment nocive, elle doit au plus tôt marquer son territoire et indiquer clairement la frontière entre ce qui est autorisé et ce qui relève d’un abus de quelque sorte qu’il soit. Le message doit être transmis et à la belle-mère et au mari.

Cette lutte de pouvoir est souvent fréquente car les mères ont du mal à céder la place à leur belle-fille tandis que ces dernières voudraient prendre toute la place et éliminer la mère. Le fils et mari dans ce combat n’ont pas à trancher mais à respecter la place de chacune. Mais comme souvent ils n’osent affronter ni l'une ni l'autre, cela crée des drames inutiles qui auraient pu être évités si dès le départ chacun avait su garder sa place. Tout cela montre bien que le conflit des générations est fréquent.

Les conflits entre beaux-pères et belles-filles sont rares et entre beaux-pères et beaux-fils beaucoup moins fréquents. Sans doute à cause de cette notion de reproduction. La femme étant celle qui mettra au monde un futur héritier !

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter