Sexe et race

Publié le 10/10/2016 à 22:12

J’ai assisté ce week-end à un échange qui me fit sourire. Lors d’un concours hippique, l’un des cavaliers me demanda de quelle race était cet énorme chienne qui m’accompagnait. Aussitôt un autre cavalier ami répondit :

« Attention, on ne peut plus utiliser ce mot ! »

Le premier le regarda avec stupéfaction, pensant sans doute que même pour les chiens ou les chevaux, le mot avait été retiré du dictionnaire. Il ajouta : 

« Mais il faut utiliser quel mot alors ? »

J’avoue que nous fûmes bien ennuyés pour lui répondre. Heureusement ma chienne dogue allemand ne s’était pas offusquée que l’on parle de race. 

Certes, comme bon nombre de Français, j’ai trouvé les propos de Nadine MORANO plutôt maladroits et son entêtement à les maintenir assez stupide. Je ne sais pas si c’est de la bêtise ou une stratégie politique mais dans un cas comme dans l’autre, cela prouve que la politique est de moins en moins respectable. Quant aux réactions des autres, cela ne relevait guère le niveau.

La dernière fois que j’avais évoqué le mot race, ce fût lors d’une analyse sur la taille de l’organe masculin. On m'a aussitôt critiquée et pourtant, il y a des différences anatomiques suivant nos origines. Alors, quel mot aurais-je dû utiliser ? Je n’ai pas la réponse.

Je me permettrais un exemple qui à priori ne posera pas de problèmes. Par exemple, les roux et rousses sont de moins en moins nombreux car la couleur rousse est un gêne récessif. Ce qui signifie qu’un couple dont l’un seulement des partenaires possède le gène récessif, n’aura pas un enfant avec des cheveux roux. Mais à priori, là tout le monde s’en fout !

À force de nier nos différences, j’imagine que dans quelques années, on ne pourra plus parler d’un individu de sexe féminin ou masculin, on sera un être humain point final.

Ce serait bien dommage parce que justement, ce sont nos différences qui font l’humanité. Les éleveurs de chevaux ou de chiens le savent bien, le mélange des races apporte souvent plus de qualité à l’espèce… 

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 12/10/2015 à 15:07

Réponse de filouzof

Ce n'est pas la politique qui est moins respectable, mais ceux qui en font...pour le reste, je cautionne, sans retenu, votre humour légendaire, qui me fait bien rire...
Le 07/10/2015 à 15:35

Réponse de Archangel

Vous faite une très bonne analyse de notre société Brigitte, comment savoir si ce que l'on dit est interdit ou non, où commence et où finit le mal, les mammifères son classé par espèces, race, famille et sous-famille et l'homme ou la femme qu'elle qu'il soit n'y échappe pas, certain pense que c'est mal et d'autre que c'est faire honneur à ses origines, personnellement, je n'ai aucun souci avec ce classement, car nous faisons partie de la faune et de la flore au même titre que tous les êtres vivants sur la planète, si je devais appliquer ce principe à ma personne voici un exemple

Espèce : humaine

Sous-espèce : européenne

Race : européenne

Famille : homo sapiens

Sous-famile :

...

Notre classement parmi les êtres vivants n'est pas un tabou, car je n'en vois vraiment pas la raison, les hommes se définis tout le temps par sa couleur de peau, c'est un préjugé que certaine personnes se servent pour inciter à la violence et la haine les uns envers les autres, il faut accepter ce que l'on est, l'humanité semble avoir un ego démesuré et mémoire sélective sur ses origines et son histoire, je regrette que des personnes abusent de leurs pouvoir pour pervertir leurs peuples dans la haine d'autrui