Simuler est-ce mentir ?

Publié le 13/04/2017 à 07:25

Diverses enquêtes indiquent que plus de cinquante pour cent des femmes simuleraient. Ont-elles tord ou raison ? Voilà une grande question sur laquelle tous les sexologues ne sont pas d’accord.


Que dire ? Parfois, il est préférable de se taire. Une relation sexuelle à deux en principe apporte du plaisir, le plus souvent possible de la jouissance.


Mais si une femme ne jouit pas, est-ce vraiment à cause de son partenaire ? Lui lancer sur le ton de reproches  : « Avec toi je ne jouis pas » est une sentence catastrophique pour le couple. Tout comme il est dangereux de faire semblant, de simuler en jouant le grand jeu avec des gémissements de chatte en chaleur.


Pourquoi certaines femmes se sentent obligées de simuler ?


Il y a bien sûr la peur de déplaire à leur partenaire et donc de le perdre... Mais c’est aussi une manière d’avoir le pouvoir. La femme sait bien à quel point l’homme a besoin de la jouissance de sa partenaire pour se sentir viril.


Seulement, quand une femme simule, elle se met en scène et cela l’empêche de lâcher prise et de s’abandonner. Finalement une femme qui ment à son amant, se ment tout d’abord à elle-même.


Parler de plaisir, de communion, de joie d’être ensemble dans une relation intime, cela n’est pas mentir. Dire à son amant qu’il vous a rendu heureuse même si vous omettez de signaler que vous n’avez pas eu d’orgasme, n’a rien à voir avec la simulation. En revanche, ne mentez jamais dès qu’il y a gène ou douleur.


Ne commencez jamais à simuler, même pour lui faire plaisir car vous vous enfermerez dans un piège et vous risquez d’être obligée de continuer à faire semblant. Comment, après dix ans de mariage dire à son mari : «  chéri, je n’ai jamais joui avec toi ! » ?


Si votre homme vous demande si vous avez aimé, parlez de plaisir sans forcément prétendre avoir eu un orgasme.


Lorsqu’il vous entend murmurer les yeux chargés de reconnaissance  : « Oui, j’ai aimé, j’ai eu beaucoup de plaisir. » Il ne se pose plus de questions, il est rassuré.


Mais si vous avez simulé et que vous désirez sortir de ce cercle infernal, mieux vaut pécher par excès de diplomatie ! L’idéal serait de lui avouer que cette fois-ci vous avez eu un plaisir beaucoup plus fort et que finalement avant ce que vous preniez pour une jouissance réelle n’en était pas une.


Osez demander les caresses qui vous plaisent, devenez plus active.


Dites ce qui est le plus agréable pour vous. Racontez que le plaisir féminin, c’est déjà génial. Corrigez tout doucement le tir, vous lui avez donné de mauvaises informations en simulant, il faut maintenant lui donner les bonnes.


Quant aux hommes, quelques indices peuvent vous permettre de savoir si elle simule.


Si elle vous la joue allumeuse en vous regardant droit dans les yeux, méfiance car au moment de la jouissance, la femme ferme plutôt les yeux. Si elle passe sa langue sur les lèvres, imitant les actrices de films pornographiques, elle n’est certainement pas en pleine extase. De même écoutez sa respiration, plus elle est régulière plus vous avez des chances qu’elle soit vraiment dans le plaisir. Ensuite, le rythme s’accélère en gardant le même tempo.


Regardez ses mamelons, au moment de la jouissance ils se gonflent et les seins rosissent vraiment comme parfois le cou. Enfin, le bassin remonte, mais des mouvements circulaires trop intenses sont faux, archi faux. Néanmoins pour certaines femmes, ces mouvements leur permettent d’augmenter leur plaisir, idem pour les contractions du vagin.


Enfin ne vous fiez pas trop à la lubrification qui n’est pas forcément signe de jouissance intense. Certaines expertes savent mettre du lubrifiant ou de la salive pour vous prouver qu’elles sont terriblement excitées.


Cela dit, parfois les femmes se mettent à simuler parce qu’elles comprennent que leur amant a besoin de signes exubérants pour se sentir viril. Ainsi, la coupable n’est pas toujours celle qu’on croit. Les hommes doivent aussi accepter que la femme jouisse discrètement.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 22/04/2017 à 16:25

Réponse de CheyN

Ralala la dictature de l'orgasme :: sujet encore trop larvé en effet ! Les hommes sont sans doute moins libres que les femmes là dessus d'ailleurs...
Je pense que la liberté sexuelle passe aussi par la capacité que les femmes ont à prendre du plaisir avec ou sans orgasme, et à s'en sentir vraiment comblée :: alors pourquoi nous limiter à l'orgasme ? ^=^